Comprendre les bonnes pratiques de partitionnement des hôtes sous VMware ESX 3.5 et vSphere

Le partitionnement de vos hôtes ESX semble anecdotique de prime abord, d’autant plus que l’installation graphique par défaut de VMware ESX ou de vSphere vous permet d’automatiser cette opération. Néanmoins, ce qui différenciera le simple technicien de l’expert commencera par l’affinage du partitionnement des hôtes de manière à assurer la pérennité du filesystem Red Hat.

Partez du fait que de nos jours, les disques embarqués dans les serveurs sont très volumineux alors qu’une installation standard d’un hôte ESX ne consommera la plupart du temps guère plus de 20Go.
Pourquoi donc s’embarrasser à créer de petites partitions alors que la majorité de l’espace disque – qui plus est si le stockage des VMs est centralisé – sera inutilisé ? Tout simplement parce-qu’il vaut mieux comprendre et argumenter ses choix plutôt que de se baser sur l’opulence et la facilité. De plus, si l’espace est relativement bien optimisé, il permettra un stockage VMFS de VMs de test ou de sauvegardes à bas coût.

Pré-requis à un partitionnement affiné

  • Pour toutes les partitions de 1Go et supérieur, utilisez des multiples de 1024Mo (exemple : 5 x 1024 = 5120)
  • Pensez à garder 5Go non attribués (plus ou moins…) au cas où vous devriez d’urgence rajouter un point de montage à votre filesystem
  • Faites tout particulièrement attention à créer des points de montage cohérents avec votre utilisation d’ESX, notamment pour éviter que votre filesystem se remplisse

Par exemple, voici une installation fonctionnelle sous VMware ESX 3.5 Update 4 dont le point de montage /var/log peut pourtant poser problème si jamais des fichiers temporaires étaient générés en masse ou si un sous-dossier tel que /var/core venait à générer des core dumps du Service Console. Le filesystem pollué par ces fichiers se remplirait alors dangereusement et pourrait finir par crasher une fois plein.

[root@esx root]# df -vh
Filesystem            Size  Used Avail Use% Mounted on
/dev/sda2             4.0G  1.4G  2.5G  35% /
/dev/sda1             198M   28M  161M  15% /boot
none                  250M     0  250M   0% /dev/shm
/dev/sda10            2.0G  368M  1.6G  19% /opt
/dev/sda9             2.0G  134M  1.8G   7% /tmp
/dev/sda7             2.0G  353M  1.6G  19% /var/log
/dev/sda8             2.0G   33M  1.9G   2% /var/updates
/dev/sda6             9.8G  153M  9.2G   2% /vmimages
/vmfs                 123G     0  123G   0% /vmfs

Synthèse de partitionnement affinée

[table id=9 /]

Voici dans le détail ce partitionnement mis en œuvre sous VMware ESX 3.5 Update 4 :

[root@esx root]# df -vh
Filesystem            Size  Used Avail Use% Mounted on
/dev/sda2             5.0G  1.2G  3.6G  25% /
/dev/sda1             200M   58M  200M   29% /boot
/dev/sda8             2.0G   33M  1.9G   2% /home
/dev/sda9             2.0G   33M  1.9G   2% /opt
none                  132M     0  132M   0% /dev/shm
/dev/sda7             5.0G   33M  4.7G   1% /tmp
/dev/sda6             5.0G  199M  4.5G   5% /var
/dev/sda5             123G     0  123G   0% /vmfs

Même chose, mais cette fois sous VMware vSphere 4 :

[root@esx root]# df -vh
Filesystem            Size  Used Avail Use% Mounted on
/dev/sdc1             5.0G  1.6G  3.2G  33% /
/dev/sdb1             1.1G   74M  952M   8% /boot
/dev/sdc6             2.0G   36M  1.9G   2% /home
/dev/sdc7             2.0G   68M  1.9G   4% /opt
/dev/sdc8             5.0G  139M  4.6G   3% /tmp
/dev/sdc5             5.0G  189M  4.5G   4% /var
/dev/sdc9             123G     0  123G   0% /vmfs

Avec l’arrivée de vSphere, la création de partitions s’est considérablement simplifiée. Ainsi, vous n’avez plus à choisir si une partition doit être primaire ou logique ni à renseigner d’informations additionnelles. De même, vous n’aurez plus à créer de filesystem vmkcore (on le créait à 100mo jusqu’à ESX 3.5) ni de partition /boot qui enfle au passage à 1,1Go contre environ 200mo auparavant. Cela est apparemment prévu pour accueillir de futures mises à jour.

Vous aurez peut-être également noté que sous vSphere, le Service Console devient un simple .vmdk (donc une machine virtuelle) stocké dans /vmfs/volumes. C’est une autre variante de vSphere qui demande pour cela de créer un volume vmfs lors de l’installation et de lui donner un nom. Ici on l’a appelé vmfs-local0-esx, ce qui est matérialisé par le lien symbolique de l’UUID que j’ai colorié en vert.

Note : si la création d’un point de montage /vmfs était optionnelle sous VMware ESX 3.x, elle devient de fait obligatoire depuis vSphere.

[root@esx volumes]$ ll
total 1024
drwxr-xr-t 1 root root 1120 Dec  3 16:45 4b17dd13-59b3c11f-1716-002219655b17
lrwxr-xr-x 1 root root   35 Dec  3 17:23 vmfs-local0-esx -> 4b17dd13-59b3c11f-1716
-002219655b17
[root@esx volumes]$ cd vmfs-local0-esx/
[root@esx vmfs-local0-esx]$ ll
total 64
drwxr-xr-x 1 root root 840 Dec  3 16:59 esxconsole-4b17db68-666b-401c
-ccaf-002219655b15
[root@esx vmfs-local0-esx]$ cd esxconsole-4b17db68-666b-401c-ccaf-002219655b15/
[root@esx esxconsole-4b17db68-666b-401c-ccaf-002219655b15]$ ll
total 135356608
drwxr-xr-x 1 root root          280 Dec  3 16:59 core-dumps
-rw------- 1 root root 138604969984 Dec  3 17:23 esxconsole-flat.vmdk
-rw------- 1 root root          478 Dec  3 16:45 esxconsole.vmdk
drwxr-xr-x 1 root root          980 Dec  3 16:59 logs

, , ,

  1. Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :