Auditer un SAN EMC CLARiiON CX3-10 grâce à Navisphere Analyzer (deuxième partie)

Vous serez probablement intéressé par la lecture de la première partie de cet article.

Analyse des valeurs remontées dans Navisphere Analyzer

Lorsque vous ouvrez votre fichier « mergé », vous avez la possibilité de sélectionner une vue par LUN, par Raid Group ou par Storage Processor (SP). Ici on utilisera la vue RAID Group qui permet de naviguer dans l’arborescence RAID Group, disque et LUN. Remarquez le chiffre 5 inscrit sur l’icône des LUNs DataStore-diskATA-01 et 02. Cela signifie que le pack est configuré en RAID 5.

valeurs_analyzer

Pour auditer efficacement votre baie, seules les cases cochées dans la capture ci-dessus s’avèrent réellement utiles. Voici un bref récapitulatif qui détaille pourquoi et comment se servir de ces valeurs :

  • Utilization (%) : pertinent pour monitorer un RAID Group. La valeur indique le pourcentage d’utilisation (sur 100%) du LUN. Une crète proche des 100% sera mauvais signe et indiquera une saturation de votre RAID Group.
  • Queue Length : pour ceux qui sont familiers avec les bases de données, cette valeur sera facilement assimilable. La file d’attente de votre baie doit toujours être aux alentours de 0, ce qui signifie que la baie a un excellent temps de réponse car aucun traitement en suspend.
  • Response Time (ms) : cette valeur correspond au temps de réponse de la baie sur ses volumes. Ne confondez pas avec la Queue Length. L’intérêt des graphs Response Time (ms) n’a de sens qu’au niveau des disques physiques de la baie plutôt que des LUNs ou du RAID Group. Ayez en tête le fait qu’un disque FC répond en moyenne dans les 5ms alors qu’un disque SATA répond quant à lui en moyenne dans les 9ms. Toutefois, les valeurs que vous retrouverez sur vos disques n’ont pas lieu de vous inquiéter jusqu’à 100ms en permanence.
  • Total Throughput (I/O/sec) : correspond au cumul lecture/écriture des entrées et sorties de votre baie. C’est probablement la valeur la plus utile et importante à auditer pour déterminer l’efficacité de la baie. Il n’y a pas de valeur type à remonter sans au préalable déterminer combien votre pack RAID est capable de supporter comme I/O/sec en lecture/écriture (voir plus bas pour un exemple avec des disques 10k/mn en RAID 5)
  • Read Size (KB)* : correspond à la mémoire cache en lecture. Cette valeur n’a de sens que lorsque l’on se positionne sur un SP et que l’on compare les valeurs relevées avec le cache préalablement défini sur les Storage Processors. Trop de pics – ou pire, des crètes – indiquent qu’il n’y a pas assez de cache sur le SP en question. Il semble que ce graph se lise à l’envers et qu’une valeur proche de 0 indique que le Storage Processor n’a plus de cache.
  • Read Throughput (I/O/sec) : correspond aux I/O en lecture montés en mémoire. Plus de détail en se référant à la valeur Total Throughput (I/O/sec)
  • Write Size (KB)* : correspond à la mémoire cache en écriture. Cette valeur n’a de sens que lorsque l’on se positionne sur un SP et que l’on compare les valeurs relevées avec le cache préalablement défini sur les Storage Processors. Trop de pics – ou pire, des crètes – indiquent qu’il n’y a pas assez de cache sur le SP en question. Il semble que ce graph se lise à l’envers et qu’une valeur proche de 0 indique que le Storage Processor n’a plus de cache.
  • Write Throughput (I/O/sec) : correspond aux I/O en écriture montés en mémoire. Plus de détail en se référant à la valeur Total Throughput (I/O/sec)

* A propos des valeurs Read Size (KB) et Write Size (KB)

sp_cache

Pour finir, voici un exemple de graphs que vous pourrez trouver dans Navisphere Analyzer. Ici, on affiche plusieurs valeurs. Celle sélectionnée (dans l’exemple Total Throughput) apparaît en gras.

graph

Mémo technique de l’administrateur

Accessoirement, voici quelques informations très utiles concernant le matériel auquel vous pouvez être confronté :

  • Le temps de réponse habituellement constaté sur un disque FC est de 5ms
  • Le temps de réponse habituellement constaté sur un disque SATA est de 9ms
  • La vitesse du bus interne EMC concernant les disques SATA à 10K/mn est de 2Go
  • La vitesse du bus interne EMC concernant les disques SATA à 15K/mn est de 4Go
  • Des disques FC 10K/mn configurés en RAID 5 permettent 120 I/O/sec en écriture (contre 80 I/O/sec pour des SATA). Théoriquement, pour un pack RAID 5 constitué de 5 disques (dont 1 de parité), on devrait pouvoir multiplier 120 x 4 = 480 I/O/sec, mais ce système de RAID ne permet d’obtenir que les performances d’un seul disque à cause de l’Overhead, d’où le chiffre de 120. Même exemple avec un RAID 5 de 9 disques : 120 x 8 (le 9ème sert à la parité) = 950 I/O/sec divisé par 4 = 240 I/O/sec…toujours à cause de l’overhead. A partir de ces exemples, vous venez au passage de découvrir qu’un pack RAID 5 de 9 disques est plus optimisé qu’un RAID 5 à 5 disques…
  • Pour déterminer les I/O en lecture, il suffit de multiplier le nombre de disques du pack RAID par 120 I/O/sec (exemple : 5 disques x 120 I/O/sec = 600 I/O/sec en lecture)
  • 1 écriture génère 4 I/O : vérification de la parité, écriture temporaire, acquittement, écriture réelle

,

  1. Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :